Rechercher
  • Mayssa CE

Lunaison de mars

C’est à 12° du signe des Poissons que prend place la conjonction Lune/Soleil le 2 mars 2022.

Ce qui est notable dans le thème de cette nouvelle lune, c’est l’association des planètes, qui fonctionnent en mode « fusion », formant des bouquets un peu partout. Une invitation à éclore ensemble ici-bas ?


Seul Uranus fait preuve de marginalité, fidèle à sa réputation. On trouve, donc, les amas planétaires suivants :

- La conjonction Mars/Vénus rejoint Pluton en Capricorne

- Saturne s’associe à Mercure

- Neptune, Jupiter, le Soleil et la Lune occupent quant à eux le signe des Poissons.


Ce qui peut paraitre surprenant, au regard d’une actualité agitée, ce sont les aspects harmonieux qu’on trouve au centre de ce thème. Un message d’espoir, mais aussi un rappel : celui de ne pas trop fusionner avec ce que l’on voit avec les yeux. Des aspects puissants, qui se traduisent au travers des filtres « Capricorne », « Verseau » et bien entendu « Poissons ».


La Lune Noire, pour partie, dans le signe du Cancer, fait travailler les peurs « du ventre », invite à prendre le temps de « digérer » ce qu’il se passe. Pour partie également, les lunes noires trainent des pieds dans le signe des Gémeaux, pour maintenir la vigilance quant aux informations qui circulent vite, beaucoup trop vite.


L’énergie Poissons à l’honneur pour cette nouvelle lune nous rend très sensibles, les frontières se dissolvent en soi et les autres. Les deux maîtres du signe des Poissons se baladant à domicile (Jupiter et Neptune) c’est l’empathie, la générosité, la bienveillance qui prédominent.

En revanche, prudence à ne pas se laisser noyer par les émotions, il peut y avoir également de la confusion, surtout sur la première quinzaine. Il est bon ce mois-ci de ne pas se laisser trop imprégner par l’ambiance, de purifier régulièrement sa maison, dès que l’on sent que l’ambiance est « chargée ».


Il y a opportunité de rassemblement autour de ce qui fait de nous des êtres vivants, dans toutes leurs splendeurs. Encore une fois que ce soit sur le plan personnel ou/et collectif.


Saturne conjoint Mercure en Verseau permet d’élaborer, de créer un autre système en accord avec ces mêmes valeurs. Elle permet aussi de tempérer l’action précipitée d’Uranus (Saturne/Mercure au carré d’Uranus) qui n’aspire qu’à tout bouleverser, inverser la tendance : Saturne et Mercure exige de la clarté, de la structure, des bases solides avant tout… un plan quoi !


C’est aussi un moment pour retrouver contact (ou cultiver encore davantage) sa foi en la vie. Au-delà de ce qu’il se passe et en raison de l’impuissance que l’on peut ressentir : répondre à une soif intérieure, qui est susceptible de s’installer, celle de se sentir relier à quelque chose qui nous dépasse, qui a la maîtrise de la situation. Il y a une invitation à expérimenter l’abandon de soi, dans une confiance absolue. L’exercice n’est pas aisé, mais prend d’autant plus de relief dans un contexte perçu comme sombre.


Le défi posé est celui de la triple conjonction Pluton, Vénus, Mars (tonalité très Socrpion).

Mars, le désir, Pluton, les profondeurs de l’être, Vénus, l’amour, tout ce beau monde en Capricorne, l’énergie de contrôle par excellence … je pourrai m’arrêter ici.

« Lorsque le pouvoir de l’Amour dépassera l’amour du pouvoir… » disait Jimi Hendrix. Il serait temps !

Cette citation fait peut-être écho à la question qui nous est posée ce mois-ci : que privilégie-t-on à notre échelle personnelle : le contrôle rassurant que l’on a sur ceux qui nous environnent, ou l’amour dans chaque geste, chaque parole, qui rend libre le cours de la vie au même titre que notre entourage.


Et oui, la problématique du pouvoir n’est pas exclusivement à poser pour ceux qui le détiennent officiellement, mais bien, aussi, dans nos histoires personnelles.

Il s’agit de traquer les comportements à ajuster, ceux à éradiquer pour de bon, pour qu’ils ne prennent plus autant de place dans ce vaste rouage collectif.


Traquer l’emprise sous toutes ces formes, celle dont on serait victime ou celle qu’on peut parfois exercer, même sans le vouloir, autour de nous (très souvent les deux à la fois à mon avis). Il n’y a pas de jugement à avoir, seulement des constats à faire, avec l’honnêteté qu’exige Pluton, et puis des choix pour repartir sur de bonnes bases. Ce travail nécessite de sortir d’une vision sans nuance : il n’y a ni bourreau, ni victime, mais des schémas déséquilibrés qui s’installent, pernicieusement, entre deux ou plusieurs individus, nocifs très souvent mais qui peuvent devenir aussi dangereux.


L’opportunité de réinvestir sa souveraineté, reconnaitre celle des autres pour partager de manière saine et sereine avec le monde.


Qu’accepte-t-on encore, à contre cœur, mais surtout par peur ?


Cette rencontre de Pluton et de Mars, ces derniers « tenants » Vénus, est susceptible de mettre de la lumière, ou remettre au goût du jour, des schémas affectifs dysfonctionnels. C’est une nouvelle éruption de l’ombre qui se tient encore fermement au milieu des relations affectives. Comme j’aime à dire : c’est service rendu, remercions l’ombre d’annoncer sa présence !


La conclusion à tirer : point de plaisir, ni de satisfaction, ni de joie possible dès l’instant où l’on devient conscient que c’est au détriment du bien-être de l’autre, ou du sien.


Un moment de lucidité également sur la « contamination » dont est la source, l’empreinte qu’on laisse au quotidien derrière soi. Notre perméabilité du mois, permettra de porter une attention particulière à ce qu’émettent, subtilement, les autres, et par conséquent, ce que l’on émet soi-même.

Ca éveillera une envie sincère, laisser un sourire, poser un geste d’attention, un coup de main, sans attentes, pour le « passager » qui traverse notre vie l’espace d’un instant et ressentir l’intensité de ce que l’on a transmis et partager.


Quelle est la qualité de ce que je répands autour de moi ?


Il s’agit d’une phase de mise en réseau, bien au-delà d’internet !


Le premier quartier qui a lieu le 10 mars, comporte une triple conjonction Soleil, Jupiter, Neptune : la le climat est très sensible, à titre individuel ou collectif, mais le protecteur, Jupiter, est là. C’est à lui de répandre au travers de l’énergie solaire et de donner du relief à l’Unité, grâce aux précieux fils d’or de Neptune.


Il y a beaucoup, beaucoup d’émotions, c’est un moment de purification par l’eau, que ce soit par les larmes ou les giboulés, il faudra laisser faire. C’est l’opportunité de sentir touché par la grâce de l’Univers, Dieu, de la Puissance Supérieure, selon l’appellation qui vous est familière.


Il faudra faire preuve de résilience, peut-être aller jusqu’à ressentir une profonde déstabilisation, un vide. En effet, la Lune, en lien avec notre sensibilité, sera aux cotés des lunes noires. Ce n’est qu’un passage, si vous le ressentez, laisser faire, ressentez le vide « pleinement ». Pour recevoir, il faut savoir lâcher ce qu’on a dans le creux de la main, dit-on…


La Lune forme aussi un aspect harmonie avec Saturne, ce qui confirme que, malgré l’agitation intérieure, il y a opportunité de croissance.


Mercure quitte l’air du Verseau, et ses grands courants idéologiques, pour entrer dans le signe des Poissons. La pensée est mise au service de l’humain.


C’est la pleine lune, du 18 mars, qui voit les fruits de la tempête émotionnelle, si elle a été vécue : elle aura lieu dans le signe de la Vierge, minutieuse et pragmatique, cette lune en Vierge nous invite à faire le tri, à prendre de la distance, pesant les pours/les contres. On fait les comptes. On a pu tirer des « fils » de compréhension, intuitivement, c’est l’occasion d’y ajouter un soupçon de raison.


C’est aussi le moment pendant lequel les deux amants célestes, Mars et Vénus, entrent dans le signe du Verseau et choisissent de s’y séparer pour reprendre chacun leur route, conscient que le lien existe au-delà de la fusion. C’est après avoir fusionnés passionnément mais au risque de se perdre (rencontre avec Pluton), qu’ils retrouvent leurs nouveaux repères à deux, libres de s’aimer l’un l’autre, au rythme de leur respiration, dans le respect de l’autre.


Lors du dernier quartier du 25 mars, la lune est en Capricorne, Vénus, Mars et Saturne s’allient : l’heure est à la croissance sereine. Si la question qui prédomine c’est l’amour, il y construction, de même pour les projets qui vous tiennent à cœur.


Le Soleil se trouve en Bélier sous la maîtrise de Mars… et ça repart ! Sur du neuf cette fois, avec plus de légèreté, de spontanéité. Il y a également une triple conjonction notable Mercure, Neptune, Jupiter en Poissons… Autrement dit : c’est l’heure de vivre la vie, pleinement, avec son élan intérieur, unique, et « contaminer » par la vive lumière qui nous anime, le monde qui nous entoure.


***


C’est la figure du Mat qui est sortie pour cette lunaison. Ce petit pèlerin plein d’entrain, se lance insouciant sur les chemins, pousser par l’instinct et la soif de découverte. Il confirme que l’on retombera sur nos pattes et que l’on sera de nouveau prêt, à l’issue de la lunaison, à reprendre le chemin avec cette insouciance qui permet de réaliser à l’impossible.


Un baluchon lui suffit car il sait que la Vie pourvoira à ses besoins, en toutes circonstances. Il n’a pas besoin de preuve, parce que son cœur est empli de certitudes sur ce qu’il ne sait pas encore. Il ne regarde pas ses pieds pour sécuriser son parcours, il lève la tête comme gage d’une absolue confiance. Il ne verrait pas le trou béant qui se trouverait sous ses pieds… peu importe car il sent que même si celui-ci se présente, il sera rattrapé d’une manière ou d’un autre par cette même Vie qui l’anime à chaque seconde.


Le mot clé du mois est la Foi, l’intention posée est de la cultiver, autant que faire ce peut.


J’espère que ce petit « Fou », comme on l’appelle également, vous guidera joyeusement pour ce mois ! A son image, soyons fous, cessons de regarder le bout de nos chaussures et levons les yeux vers le ciel, un sourire aux lèvres, il nous sera rendu !



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout